SANTERIA (Lukumi, La Regla Lucumi ou regla de Ocha)

C'est une religion originaire des Caraïbes dérivée du Yoruba (interdit aux esclaves) et pratiquée à Cuba, en Colombie et au Venezuela. Cette religion est basée sur la croyance à des saints. Il y en a 200 en Afrique, une quarantaine à Cuba.

orishas

La Santería est une religion très populaire à Cuba, particulièrement dans les endroits où la population d’origine africaine est plus concentrée (L’est de Cuba, La Havane).
Cette religion est un syncréthisme de la religion catholique et de la religion des africains yorubas. Quand les Yorubas étaient esclaves, il leur était interdit de pratiquer leur religion. Ils camouflèrent donc leurs cultes en religion catholique, mais en réalité les saints qu’ils priaient représentaient leurs dieux.
Les yorubas étaient polythéistes, et leurs dieux représentent des forces de la nature (leur religion fait partie des religions anémistes). À l’origine, les Yorubas avaient plus de deux cents dieux, mais moins d’une vingtaine ont été conservés dans les cultes à Cuba.
Selon la religion des Yorubas, chaque personne possède son propre orisha (dieu), qui agit en tant qu’ange gardien. Ainsi, les partiquants se font batiser, après quoi ils peuvent invoquer leur orisha afin de demander conseil ou afin de réclamer des faveurs (amour, argent, santé…).
À Cuba, lorsqu’on désire communiquer avec son orisha, on fait appel à un babalao (prêtre). Celui-ci communique avec les dieux à l’aide de coquillage. La communication avec les dieux peut aussi se faire par la musique et la danse, alors le tambour utilisé lors de la cérémonie sert de médium entre l’univers des dieux et l’univers humain. Lors de cette cérémonie, il peut arriver qu’une personne tombe dans une sorte de transe.

Obatalà (le roi au pagne blanc), envoyé par Olodumare pour créer la Terre et sculpter l'Homme. Il personnifie la paix, la sagesse, les songes, la créativité (Saint : Notre Dame des Grâces, couleur : blanc)  
    Yemayà (Yemanja ou Yemoja ou Olocum), femme d'Obatalà, personnifie la mer (à Haïti, elle est une sirène) et la vie (saint : Vierge de la Regla, couleur : bleu) (équivaut à Iemanja pour le candomblé)  

Leurs enfants :  

Eleggua (ou Elegba) : personnifie le destin la chance et le hasard (Saint Antoine. Il est celui qui ouvre les portes et transmet les prières aux autres orishas. Couleurs : rouge et noir ;

Oggún personnifie le fer, la guerre, la technologie, la lutte contre l'injustice (saint Pierre, saint Paul ou saint Jean-Baptiste entre autres, suivant les endroits, couleurs : violet, vert et noir. Équivalent vaudou : Ogoun)  
    Ochosi personnifie la chasse et la médecine (saint Norbert, couleurs : vert et noir)  
    Chango ou Changò (ou Shango, ou Xango), ancien roi d'Oyo : personnifie la danse, les tambours, l'amour viril, le feu, la foudre, le tonnerre et la guerre (sainte Barbe ou Santa Barbara), couleurs : rouge et blanc)  

Ochún : personnifie l'Amour, la féminité, les rivières ; maîtresse de Changó, femme d'Orula (Vierge de la Caridad del Cobre,patronne de Cuba, couleurs : jaune et or)  

Obba : la femme légitime de Chango personnifie le foyer, la maison et le mariage. C'est la gardienne des tombes, la patronne des lacs et le symbole des femmes qui souffrent pour sauver leur foyer. Couleurs : rose et ambre.

Oyà ou Yansà : personnifie le vent, la porte du cimetière (ex-femme de Changò, sainte Thérèse, couleurs : marron et blanc)  

Babalu Ayé  : Dieu de la variole et des maladies en général (saint Lazare, couleurs : blanc et bleu)

Oddua : Dieu des morts et des esprits 

Orula  : Orisha de la divination.